• 20190107_BL171469_elsalvador_005

    20190107_BL171469_elsalvador_005

  • 20190107_BL171508_elsalvador_001

    20190107_BL171508_elsalvador_001

  • 20190107_BL171552_elsalvador_002

    20190107_BL171552_elsalvador_002

  • 20190107_BL171555_elsalvador_003

    20190107_BL171555_elsalvador_003

  • 20190107_BL171649_elsalvador_004

    20190107_BL171649_elsalvador_004

  • 20190107_BL171676_elsalvador_006

    20190107_BL171676_elsalvador_006

  • 20190107_BL171710_elsalvador_007

    20190107_BL171710_elsalvador_007

  • 20190107_BL171748_elsalvador_008

    20190107_BL171748_elsalvador_008

  • 20190107_BL171758_elsalvador_009

    20190107_BL171758_elsalvador_009

  • 20190107_BL171832_elsalvador_010

    20190107_BL171832_elsalvador_010

  • 20190109_BL172301_elsalvador_001

    20190109_BL172301_elsalvador_001

carte 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un toit pour les misereux de « El Jobal » et « La Bendición »

Dans le village « El Jobal » sur l’île « El Espíritu Santo », au large de la côte salvadorienne, la plupart des familles vivent dans une pauvreté extrême. Leurs ressources sont la vente de coquillages ramassés, la pêche et le travail dans les plantations de cocotiers, où un ouvrier peut gagner jusqu’à 2,50 $ (1,80 Euros) par jour.

Les habitants vivent dans des baraques délabrées qui n’offrent guère de protection contre les intempéries et les invasions d’insectes, sans parler des tremblements de terre fréquents dans cette région. Pendant la saison des pluies, certaines de ces habitations primitives sont inondées. Les conditions sanitaires précaires favorisent la propagation de maladies sur cette île qui ne dispose que de services médicaux restreints.

Le curé, Padre José Neftalí Orellana, un ami de l’abbé Henri Gloden, a demandé à la Fondation Luxembourg – El Salvador de financer la construction de 130 nouvelles cabanes.

Dans le même département, des familles, dont le logement avait été détruit en 1998 par l’ouragan Mitch et les inondations subséquentes, ont été évacuées au village « La Bendición », où elles vivent dans des conditions aussi misérables que celles de « El Jobal ». La Fondation Luxembourg – El Salvador a décidé de procurer une habitation aux 20 familles les plus nécessiteuses.

Chacune des 150 familles bénéficie d’une habitation de 6 x 6 mètres, avec un socle en béton (surélevé aux endroits menacés par les inondations) et des murs en blocs de béton, des portes et fenêtres en fer, un toit en tôle. Les habitants aident eux-mêmes à la construction, sous la direction d’un ingénieur et d’artisans qualifiés. Le coût d’une cabane s’élève à environ 4000 Euros. Comme El Salvador compte parmi les pays-cibles de la Coopération luxembourgeoise, le Gouvernement a accordé un cofinancement de 75% du projet. La Fondation Luxembourg – El Salvador a dû subvenir au restant, c. à d. 1000 Euros par habitation.

Le projet a été planifié et réalisé dans les années 2009 à 2011 ; les nouvelles constructions ont été inaugurées officiellement le 24 janvier 2012.

 
     
     

Abbé Gloden Henri

Padre Enrique

Henri Gloden est né en 1939 à Mondorf-les-Bains.
Il vit son enfance et sa jeunesse à Mertert. Après avoir passé son baccalauréat au Lycée Classique d’Echternach, il poursuit ses études à Louvain.
En 1969 le jeune prêtre part pour le El Salvador, où il officie dans un quartier défavorisé de Santa Ana, avant d’être nommé directeur spirituel du séminaire de la capitale, San Salvador.

Grâce aux dons généreux d’amis luxembourgeois,
- il vient en aide aux plus démunis : 
- il distribue des médicaments aux malades et procure des chaises roulantes à xx des handicapés nécessiteux ; 
- il soutient des étudiants issus de milieux défavorisés ; 
- il propose des cours de formation aux adultes ; 
- il porte secours aux victimes des tremblements de terre.

De 1992 à 1998, il se consacre avant tout à la création d’une maison d’accueil pour les enfants des rues de Santa Ana.

Portrait de l'Abbé Gloden Henri

­